machines nourriture chiens errants bouteilles plastique

Dernière mise à jour le 21 September, 2021 par Chiens Chats

Installées dans la ville d’Istanbul, ces machines nourrissent les chiens errants en échange des bouteilles en plastique qui ne sont plus utilisées comme moyen de paiement.

Le fonctionnement est très simple, une fois que quelqu’un dépose ses bouteilles à recycler, les aliments sont libérés au fond de la machine.

Cela n’a aucun coût pour la ville ou pour la personne qui transporte les bouteilles et l’entreprise couvre le coût de la nourriture des chiens avec ce qu’elle en retire.

Installées dans la ville d'Istanbul, ces machines nourrissent les chiens errants en échange des bouteilles en plastique qui ne sont plus utilisées comme moyen de paiement.

Le bénéfice est donc double, car en plus de recycler le plastique, ils nourrissent les chiens qui errent dans les rues qui dépendent la plupart du temps des habitants du quartier pour se nourrir. On estime que dans la ville d’Istanbul, les chiens errants pourraient atteindre plus de 150 000.

Le distributeur automatique pourrait aider ces animaux à avoir une vie meilleure et en favorisant le recyclage en ville, que les humains l’aient aussi.

Istanbul, pays des chiens et chats errants

Pendant des décennies, la présence de chiens et de chats a été les protagonistes de la vie quotidienne dans la ville du Bosphore

Chiens et chats errants, bien nourris, élégants, marchant et dormant profondément à travers la ville d’Istanbul, comme si ses rues leur appartenaient. Un spectacle quelque peu curieux pour ceux d’entre nous qui viennent dans la ville turque animée de n’importe quel coin de l’Europe. Pourquoi ces animaux ici, occupant même sans regret des chaises de cafétéria, sont-ils nourris par leurs voisins du coin ? Pourquoi sont-ils soignés et identifiés mais restent-ils dans la rue ?

« Ils ne bougeraient pas même si le sultan lui-même passait par là », expliquait avec force l’écrivain américain Mark Twain au milieu du XIXe siècle. Il faisait alors référence à des centaines de milliers de chiens qui, avec de nombreux autres chats, ont fait leur la ville du Bosphore.

Tous sont bien soignés et nourris par leurs voisins du quartier, et nombre d’entre eux sont même identifiés. Ils gardent les cimetières, ils prennent les chaises des cafétérias sans que personne n’ose provoquer leur départ, ils s’assoient à côté de ceux qui attendent au port ou ils font la sieste au coucher du soleil au milieu de l’arrêt de bus. Personne n’est surpris là-bas, ces animaux sont “un de plus”. Une histoire d’amour-haine, -qui s’est terminée en amour-, qui a commencé il y a des siècles. Un lien entre les habitants d’Istanbul et leurs chiens et chats errants qui est resté intact au fil des décennies, et qui continue de surprendre ceux qui viennent dans la ville pour la première fois. Cela a été notre cas. Nous nous sommes rendus dans cette ville pour la première fois il y a quelques semaines et nous n’avons pas pu éviter d’enquêter sur cette circonstance particulière. Qu’en est-il des chiens et des chats dans la ville des mosquées ?