Limiter instinct prédateur chien

Dernière mise à jour le 14 November, 2021 par Chiens Chats

De nombreuses races de chiens ont été sélectionnées dès le début pour la chasse, mais de nos jours, l’instinct de prédateur du chien peut facilement devenir un problème. Si votre chien court après chaque lièvre, lapin sauvage ou oiseau qu’il rencontre et n’écoute donc plus aucun ordre, les conséquences peuvent même être dangereuses. Mais est-il possible d’éliminer l’instinct de chasse d’un chien ? Quand faut-il intervenir et comment fonctionne concrètement ce processus de limitation de l’instinct prédateur ?

Quand le chien devient soudain incontrôlable

Que ce soit un faon, un lièvre, un oiseau ou le chat d’un voisin, certains chiens traquent à peu près tout ce qui bouge. Et lorsque le chien déclenche cet instinct de chasse, les cris, les appels, les commandes ou les sifflets sont généralement complètement inutiles. La promenade quotidienne avec votre ami à quatre pattes bien-aimées devient un défi vraiment ardu, si l’instinct prédateur du chien devient incontrôlable. Il faut dire qu’en agissant ainsi, le chien ne met pas seulement en danger l’animal qu’il veut chasser, mais aussi lui-même et les éventuels passants. Il peut arriver, par exemple, que le chien, complètement absorbé par la chaleur de la chasse, se retrouve dans une rue très passante. De plus, même lorsque la proie en question n’est pas réellement capturée, certains animaux sauvages continueront à subir les conséquences de la chasse, par exemple s’ils ont été épuisés par le chien, ou dans le cas de mères qui ne sont plus en mesure d’apporter leurs petits.

Tous les chiens ont-ils l’instinct de chasser ?

Alors que certains chiens sentant déjà un animal sauvage réagissent comme devant une tarentule, d’autres ont besoin d’un contact visuel pour commencer à chasser. Et d’autres encore laissent une proie potentielle marcher à leurs côtés sans être dérangée. Peu importe à quelle catégorie appartient votre chien ; c’est un fait que la prédisposition à la chasse est génétiquement déterminée. Les chiens ont hérité cet instinct de chasse de leurs ancêtres, les loups. Et si même nos animaux de compagnie de nos jours n’ont certainement pas besoin de chasser pour se nourrir, l’envie de chasser reste quelque chose enraciné en eux.

Quelle est l’importance de la race ?

La force de cet instinct de chasse dépend principalement de la race. Par conséquent, il existe des races telles que le Beagle, le Chien d’arrêt allemand à poil court, le Teckel, le Braque de Weimar, les terriers, le Basset Hound et bien d’autres qui ont été spécialement élevées pour les tâches liées à la chasse. Grâce à un élevage ciblé, des chiens spécialisés dans la chasse a été créés, adaptés pour chasser, surprendre et arrêter la proie, ou pour aller la récupérer. Dans d’autres races de chiens, en revanche, l’instinct de chasse s’est progressivement affaibli. Aujourd’hui, les Golden Retrievers, Boxers, Bichons Maltais et les carlins sont considérés comme des chiens de famille, principalement caractérisés par leur bon comportement social.

Facteurs supplémentaires qui déclenchent l’instinct de chasse

Si et quand le comportement de chasse d’un chien peut être facilement éliminé dépend de son génome. Mais d’autres facteurs contribuent également à renforcer l’instinct de chasse. Pour cette raison, les chiens qui n’ont jamais chassé auparavant se mettent soudainement à courir après un animal sauvage et semblent oublier les règles normales de comportement qu’ils ont apprises d’une seconde à l’autre. Élément fatal : si un chien a chassé une fois, il aura également tendance à montrer ce comportement à l’avenir. Lorsque vous vous promenez avec plusieurs chiens, il suffit qu’un chien du groupe manifeste cette envie de chasser pour que tous les autres se mettent à faire de même. Dans un tel contexte, on parle de transfert d’humeur. L’instinct de chasse peut également être influencé par les fluctuations hormonales, c’est-à-dire les variations du comportement sexuel du chien.

Pourquoi est-il si difficile de contrôler l’instinct de chasse ?

Indépendamment de la race à laquelle appartient votre chien, l’instinct de chasse peut être présent dans chaque quadrupède. Les propriétaires de chiens particulièrement inexpérimentés, qui n’ont pas de chien spécialement sélectionné pour la chasse à leurs côtés, sont à juste titre ravis lorsque leur ami patte, qui jusqu’à un moment auparavant trottait tranquillement à leurs côtés, s’enfuit soudainement. Si le chien a renoncé à courir la première fois, il y a encore des possibilités de l’arrêter. Mais pourquoi l’instinct de chasse est-il si fort que le chien n’écoute plus son maître ? La réponse est les hormones du bonheur. Lors de la chasse, le corps du chien produit des endorphines, qui apportent en quelque sorte du bonheur à l’animal. Pour ressentir cette sensation enivrante, il vaut généralement la peine de courir après le match. Pour éprouver cette sensation de « dopage », les chiens ne doivent pas forcément réussir à chasser. S’il est clair que dans ce cas la récompense est double, il n’en reste pas moins que la poursuite, grâce à la production d’endorphines, est déjà une récompense suffisante en soi.

Le sentiment de bonheur est si fort que le chien se désintéresse de tout le reste. Dans ce cas, cela n’a aucun sens que le propriétaire du chien le gronde trop : l’animal courra après le prochain lapin qu’il rencontrera à nouveau pour ressentir à nouveau cette sensation agréable. Le mieux serait alors que le chien ne soit jamais en mesure de chasser, pour ne pas connaître du tous les hormones du bonheur. Malheureusement, c’est plus facile à dire qu’à faire, les propriétaires de chiens doivent donc être prêts à faire face à de telles situations.

Dans quels cas la formation anti-chasse est-elle réussie ?

Il est aussi difficile de distraire le chien de la chasse que le bonheur qu’il en retire est grand. Il arrive donc que, sans ressources et tentés de renoncer à s’opposer, de nombreux propriétaires se limitent à observer leurs chers amis à quatre pattes, kidnappés par l’instinct de chasse, lâcher la laisse et s’enfuir. Ensuite, ils sont évidemment soulagés lorsque le chien revient en sécurité après la chasse non autorisée. Mais après chaque vol soudain du chien, la peur du propriétaire de la prochaine promenade grandit inévitablement. Au final, le propriétaire du chien se sent responsable non seulement de son compagnon à quatre pattes mais aussi de l’environnement qui l’entoure et de la faune avec laquelle il entre en contact en se promenant dans la nature avec son chien. Pour éviter que le chien ne devienne un risque pour sa sécurité et l’environnement, la plupart des propriétaires tiennent sagement le chien en laisse. Cependant, à long terme, même une situation dans laquelle le chien est attaché à une laisse de dressage et dispose d’une amplitude de mouvement assez étroite n’est satisfaisante ni pour le chien ni pour le propriétaire. D’autant plus qu’il est nécessaire de posséder une certaine stabilité et un bon contrôle, lorsqu’un chien adulte se met soudain à chasser. En effet, il existe des chiens à l’instinct de chasse particulièrement prononcé qui ne peuvent réprimer cette pulsion même après un entraînement spécifique anti-chasse et bien qu’ils aient été tenus en laisse toute leur vie. Mais la plupart des chiens peuvent apprendre à résister à l’envie de chasser.

5 étapes pour contrôler l’instinct de chasse du chien

Pour amener le chien à abandonner son passe-temps bien-aimé de la chasse, il faut le convaincre que contrôler cette impulsion a des conséquences plus positives que la chasse elle-même. Il doit apprendre qu’il vaut la peine de rester proche de son ami humain non seulement parce qu’il a toujours des prix gourmands en poche mais aussi parce qu’avec lui, il pourra vivre des aventures plus excitantes que de courir après un lapin effrayé. L’instinct de chasse du chien ne peut pas être complètement éliminé, mais il peut être modifié jusqu’à ce qu’un comportement acceptable soit obtenu de notre point de vue. Il est difficile de penser à s’entraîner à ne pas chasser, il n’y a donc pas d’entraînement pour arrêter de chasser, mais un entraînement visant à rendre le chien de chasse contrôlable a plus de sens. Pour développer la maîtrise du chien et de son comportement, il existe un entraînement anti-chasse composé de plusieurs exercices, qui promettent au final d’atteindre l’objectif de manière holistique, pour ainsi dire, grâce à différentes approches. L’entraînement anti-chasse, pour contrer l’instinct de chasse du chien, peut être divisé en cinq unités d’entraînement suivantes.

Formation de base en obéissance

Il est clair qu’un chien qui ne répond pas correctement à l’appel normal “retour au début” ne fonctionnera pas bien dans une situation de chasse. Un entraînement d’obéissance de base, donc, tel que le chien réponde calmement aux commandes telles que « Assis ! », « Ta place ! », « Cherche ! », « Allons-y ! et pas bouger !” il est essentiel de réussir une formation anti-chasse. Idéalement, le chien reçoit une éducation de base lorsqu’il est chiot, mais ne vous inquiétez pas : même les chiens adultes, qui ont déjà développé des aptitudes comme la chasse par exemple, sont capables d’apprendre ces commandes de base. Bien sûr, ici aussi, il y a des races plus susceptibles de coopérer que d’autres. Cependant, même les races de chiens connues pour être assez indépendantes et difficiles à dresser, comme le Lévrier afghan, le Limier ou le Loup tchécoslovaque, peuvent apprendre à obéir.

Montrez à votre chien qu’il vaut la peine d’obéir. Alors quand votre ami montre toujours le comportement souhaité, par exemple s’il s’approche de vous quand vous dites “Allons-y !”, S’il reste immobile quand vous dites “En place !”, Ou s’il attend patiemment quand vous dites “Restez ! ” , alors il est important de le féliciter. Caressez-le, dites des mots d’amour, donnez-lui une friandise ou son jouet préféré, ou faites quelque chose avec lui. Pratiquez les commandes où que vous soyez : commencez dans l’appartement, puis faites-le lorsque vous êtes dans le jardin puis lors de balades ensemble. Il est important que votre chien maîtrise les commandes de base dans toutes les situations, y compris les moments de distraction. Avec de la patience, de la cohérence et du renforcement positif, vous atteindrez cet objectif.

Exercices de renforcement de l’attention et du lien

Lorsqu’ils sont en proie à la chasse, de nombreux chiens semblent soudain oublier la bonne éducation qu’ils ont reçue. Ils se séparent de leur propriétaire, s’enfuient et arrêtent de répondre aux appels bruyants. Pour que cela ne se produise pas, votre chien doit apprendre à écouter vos commandes même dans une situation de distraction. Ce n’est pas une chose facile : il ne faut pas sous-estimer les distractions auxquelles votre ami curieux est exposé lors d’une promenade dans les bois. Les odeurs, une piste intéressante ou même un simple contact visuel avec une proie sont tous distrayants. Il est important que votre chien, malgré les distractions, vous considère comme son chef de meute et n’oublie pas les stimuli sensoriels. Vous devez toujours être au centre de son attention. Si votre chien est entièrement concentré sur vous, ce lien étroit fonctionne comme une laisse invisible.

Un moyen efficace de renforcer ce lien homme-chien est de récompenser votre chien pour son attention. Maintient-il un contact visuel avec vous pendant la marche, vous suit-il lorsque vous changez de direction ou se tourne vers vous lorsque vous ralentissez ? Récompensez votre chien s’il garde toujours son attention sur vous. Si vous remarquez que les pensées du chien ne sont plus dirigées vers vous et qu’il ne réagit pas comme il le devrait si vous vous arrêtez soudainement, cachez-vous derrière un arbre. Votre chien devrait être confus à ce stade et commencer à vous chercher. Alors, récompensez-le généreusement dès qu’il vous trouve, cela renforce également le lien entre vous et votre chien.

Rediriger l’instinct de chasse vers des activités à faire ensemble

Un chien avec un fort instinct de chasse ne sera pas persuadé simplement avec une friandise qu’il vaut mieux rester près de son propriétaire plutôt que de chasser sa proie. En ce sens, la satisfaction qu’il reçoit de la chasse elle-même est trop pertinente, ce qui, comme mentionné, provoque la production de diverses hormones du bonheur. La différence est que le chien apprend à collaborer avec vous est plus excitant que n’importe quelle chasse. Prenez les besoins de votre chien au sérieux et essayez de satisfaire son envie de nager, de creuser et de courir autrement. Les jeux de lancer et de récupération, les jeux de recherche (jeux olfactifs), les activités avec le mannequin et bien sûr les différents types de sports canins comme l’agility, le canicross et le mantrailing font battre le cœur de chaque chien plus vite et font que votre ami patte est suffisamment occupé physiquement et mentalement.

Les chiens qui chassent par ennui, et ils ne sont en aucun cas une minorité, quittent la chasse tranquille s’ils constatent qu’on leur propose une activité alternative suffisante. Évitez de répéter les mêmes chemins à pied et soyez créatif : enterrez un os ou un jouet pour chien que votre ami devra trouver, créez des jeux où vous cachez quelque chose qu’il doit trouver, jetez-lui des bâtons, amusez-vous à mannequin ramené ou faire des jeux d’équilibre sur des troncs d’arbres. Créez un esprit d’équipe entre vous et votre chien et montrez-lui que vous comprenez ce qu’il veut et que vous pouvez satisfaire ses besoins, évidemment selon les règles apprises lors du dressage. Surtout les chiens appartenant à des races sélectionnées pour la chasse devraient pouvoir se passer de la passion de la chasse. De nombreuses écoles de sport pour chiens proposent une formation en remplacement de la chasse dans le cadre de jeux de mantrailing ou de mannequins, avec lesquels le chien peut exprimer son instinct de chasse sur des pistes artificielles et dans un environnement protégé.

Contrôle des impulsions

L’entraînement anti-chasse a toujours à voir avec le contrôle des impulsions : en fin de compte, le chien doit apprendre à gérer ses impulsions de chasse. Cependant, ce comportement contrôlé contredit sa propre nature animale et conduit inévitablement à la frustration. Le contrôle des impulsions implique également que le chien soit capable de gérer la frustration. Et comme pour tout le reste, le chien n’acquiert la capacité de se maîtriser que si ce parcours d’apprentissage s’avère utile à ses yeux. Par exemple, un chien qui saute impulsivement vers chaque visiteur doit apprendre que ce n’est pas la bonne façon d’attirer l’attention. Pour cela il ne sera considéré et loué par son maître que s’il reste bien assis et calme. Cela fonctionne également de la même manière avec l’entraînement anti-chasse : ce n’est que lorsque le chien montre qu’il peut gérer ses impulsions qu’il peut espérer une récompense. Ce n’est que s’il ne chasse pas sa proie mais la remarque simplement en attendant patiemment l’ordre de son propriétaire, que le chien sera félicité et récompensé comme il convient.

Un bon exercice pour développer la maîtrise de soi consiste d’abord à calmer le chien avec le commandement « En place ! Et immédiatement après avoir lancé un mannequin. S’il s’exécute sans attendre la prochaine commande, cela signifie qu’il vous ignore. Si, en revanche, il parvient à patienter et attend votre commande “Recherche !” courir et récupérer le mannequin, puis le récompenser généreusement. Bien entendu, cet exercice ne peut réussir que si votre chien est calme et serein. Il est très difficile de dresser un chien agité qui saute ici et là et dont le niveau de stress est visiblement plus élevé que la normale. Dans ce cas, vous devez d’abord permettre à votre chien de se défouler. Faites du jogging avec lui, jouez ensemble dans le jardin ou faites-le courir à côté de vous en faisant du vélo avec votre chien… Ce n’est que lorsqu’il est au sommet de ses capacités physiques et que son besoin de mouvement revient à la normale, votre ami de patte s’impliquera dans ces exercices de contrôle des impulsions.

Entraînez-vous avec le signal de détresse ou le super rappel

Pour pouvoir éduquer votre chien avec des accessoires de dressage lors d’une balade en forêt il faut tout d’abord pouvoir faire confiance à 100% à l’appel “Reviens !”. Cependant, même si votre chien revient rapidement vers vous si vous l’appelez lorsque vous êtes au parc même en présence d’autres chiens et de personnes, cela ne veut malheureusement pas dire qu’il ferait de même même en présence d’un animal sauvage. Dans ce cas, le chien se demande s’il est plus pratique pour lui de vous écouter ou de suivre son instinct de chasse, et vous et votre commandement perdez généralement. Dans cette situation, vous avez besoin de quelque chose de plus incisif que d’habitude déjà entendu et utilisé “Let’s go!”. Etablissez une sorte de super rappel avec son chien, que vous ne mettez en place qu’en cas d’urgence et qui communique à votre chien la promesse de quelque chose d’absolument fantastique qu’il ne reçoit que rarement.

Des outils utiles pour définir un tel signal de détresse sont un sifflet spécifique et une friandise spéciale, comme un morceau de salami – quelque chose que votre chien ferait presque n’importe quoi pour recevoir. Entraînez-vous d’abord à siffler à la maison pour revenir lorsque vous appelez et intensifiez lentement la distraction que vous introduisez en faisant de l’exercice à l’extérieur dans la cour, dans un parking isolé, et plus tard dans un champ ou un bois. Dès que vous remarquez que votre chien revient immédiatement au sifflet, récompensez-le avec le super prix. Évidemment, il ne convient pas de répéter l’exercice trop souvent, sinon ce qui arrive, c’est que la récompense spéciale finit par devenir tout sauf spéciale et, de cette façon, elle perd de son charme. Si vous l’avez entraîné au super booster, vous ne devriez vraiment l’utiliser qu’en cas d’urgence et non lors de toutes les promenades normales. Si le signal de détresse garde son effet prometteur, vous avez de bonnes chances de pouvoir l’utiliser pour appeler votre chien lorsqu’il y a une odeur de proie ou même lors d’une chasse.

Quelle est l’efficacité de la formation anti-chasse ?

Une formation anti-chasse, pour être efficace, demande beaucoup de travail. Aucun dresseur au monde ne peut éliminer l’instinct de chasse du chien du jour au lendemain. Il faut de la patience, de la cohérence et de l’empathie pour convaincre le chien qu’il doit abandonner sa proie bien-aimée. Il y aura toujours des revers et, si certains chiens apprennent après quelques semaines, d’autres en auront besoin pratiquement toute leur vie. La rapidité avec laquelle le dressage porte ses fruits dépend non seulement du moniteur mais aussi du chien, de ses expériences et de ses besoins, ainsi que du lieu choisi pour le dressage. Suivre une formation anti-chasse dispensée par des instructeurs professionnels, tels que ceux des écoles de chiots ou d’obéissance pour chiens, des associations canines ou celles de races spécifiques, peut être particulièrement utile pour les propriétaires inexpérimentés ou pour ceux qui se rapportent pour la première fois à un chien races sélectionnées pour la chasse.

Choisissez la meilleure façon avec votre chien et n’abandonnez pas ! Gardez toujours à l’esprit parce que vous entraînez votre ami de patte : pour profiter de promenades détendues sans laisse et pour créer un lien à vie entre vous et votre chien ! Et n’oubliez pas : même les chiens de chasse peuvent apprendre que la vie leur offre bien plus que la simple chasse.