10 faits que vous ne saviez pas sur la psychologie canine

72

Au cours des 10 dernières années, nous en avons appris plus sur les chiens qu’au siècle précédent – mais une grande partie de ce que les scientifiques savent depuis longtemps est encore un secret pour les propriétaires de chiens ordinaires. Dans cet article, nous avons rassemblé 10 des faits les plus intéressants sur la pensée de nos amis à quatre pattes, étayés par les résultats de l’observation et de la recherche scientifiques.

1. Les chiens ne se sentent pas coupables

Tout le monde connaît la situation : après que le chien a fait quelque chose de “mauvais” et a remarqué que le propriétaire n’est pas satisfait de cet acte, elle commence à montrer de toute son apparence qu’elle a “honte” – presse ses oreilles et sa queue, la tourne détourner le regard, détourner le regard et avoir l’air confus. Si une personne se comporte de cette manière, nous le lisons sans ambiguïté comme une manifestation d’un sentiment de culpabilité et d’une prise de conscience du caractère répréhensible de nos actions. Il est tentant d’interpréter le comportement d’un chien de la même manière, mais dans sa langue, cela signifie « Ne nous disputons pas ! », « Regardez comme je suis petit et sans défense ! ». Avec son comportement, elle essaie de calmer le propriétaire en colère et d’empêcher le développement d’un conflit, les animaux de compagnie utilisent la même tactique face à l’agression d’autres animaux. Les chiens ne se sentent pas coupables car leur compréhension de ce qui est « bien » et de ce qui est « mal » est différente de la nôtre. Pour que le chien apprenne à comprendre ce qui est acceptable et juste pour le propriétaire, il doit lui être enseigné, et non pas humilié et puni.

Faits Psychologie canine

2. Les chiens ont besoin d’empreintes

Pour que la vie d’un chien soit pleine et harmonieuse, il a besoin de beaucoup d’impressions : olfactives, visuelles, gustatives, tactiles et mentales. Ceci est nécessaire pour tous les chiens, quels que soient leur âge, leur race et leur taille. Grâce à l’équilibre entre l’effort mental et physique, une interaction calme et joyeuse avec le propriétaire, un environnement riche mais non surchargé de stimuli, le chiot se développera correctement et le comportement d’un chien adulte sera agréable et prévisible – il ne commencer à chercher de nouvelles expériences par lui-même, s’enfuir pour une promenade, ramasser des aliments comestibles et non comestibles dans la rue et détruire la maison. Les éleveurs responsables de chiens de race travaillent toujours avec les chiots, dès qu’ils s’intéressent au monde qui les entoure, progressivement, avant même de passer dans la famille, introduisant de nouvelles odeurs, objets et surfaces dans leur vie. Cela aide l’animal à s’adapter plus rapidement et à se sentir plus en confiance, ce qui affectera toute sa vie future.

3. Les chiens savent se faire des amis

Un facteur important affectant la qualité de vie d’un chien est la capacité à entrer en contact avec des proches. Il peut y avoir différentes relations entre les animaux – de “reste loin de moi” et “bonjour au revoir” à une véritable amitié forte. Les paramètres par lesquels ils choisissent leurs amis restent un mystère pour nous, cela n’est pas affecté par la taille, l’âge et la race. Les chiens vivant ensemble ne se sentiront pas toujours à l’aise ensemble – vivre dans la même famille ne garantit pas une bonne relation. L’amitié entre chiens signifie qu’ils aiment passer du temps ensemble, se chercher lors de promenades (parfois ils ont même des lieux de rencontre et, ayant appris l’horaire des promenades, ne veulent pas le quitter jusqu’à ce qu’ils attendent un ami), confiance, partager des jouets et rejoindre des situations de conflit.

Faits Psychologie canine

4. Les chiens sont superstitieux

Les chiens sont simplement obsédés par les signes : ils savent établir un lien entre les événements et leurs conséquences et se rappellent des chaînes entières de symboles précédant une action (par exemple, une promenade ou le retour du propriétaire). Leurs relations causales sont construites différemment – par exemple, il a été prouvé expérimentalement qu’ils ne comprennent pas comment la gravité ou d’autres forces cachées sont évidentes pour le travail humain. Mais ils sont capables d’atteindre leur but, en fixant les moindres corrélations qui peuvent les intéresser (ou au contraire sont pleines de dangers), et utilisent la méthode des essais-erreurs. Souvent, les propriétaires attribuent des propriétés fantastiques à leurs animaux de compagnie : la capacité de lire dans les pensées, de sentir le retour du propriétaire à la maison ou la capacité de compter. Mais en fait, les chiens sont parfaitement capables d’observer, de se souvenir et, sur cette base, de prédire. Par conséquent, la meilleure chose à faire pour leur bien-être et leur confort psychologique est d’essayer de créer le monde le plus prévisible, y compris une routine quotidienne constante, les mêmes réactions du propriétaire à certains événements et petits rituels quotidiens.

5. Les chiens sont incapables de se venger

Le fait que les humains attribuent la vindicte aux chiens est l’un des plus gros problèmes avec les chiens. Bien sûr, la crédibilité de la créature qui arrache avec amour le nouveau papier peint choisi du mur sans aucune hésitation peut être minée. Une personne éprouve de la déception, du ressentiment et de l’agacement lorsqu’un animal de compagnie bien-aimé gâche des choses et commence à y voir une mauvaise intention – il semble que le chien ait tout planifié exprès, afin, par exemple, de se venger d’avoir refusé de jouer. En fait, la réalité est plus prosaïque : les mauvais comportements s’expliquent souvent par l’ennui, la peur de la solitude et le fait que l’animal ne réalise pas la valeur du papier peint. Pour lui, vos baskets ou vos écouteurs sont un jeu éducatif intéressant que le monde a à offrir. Vous pouvez résoudre ce problème sans confrontation psychologique complexe : en cachant des choses qui vous sont chères, et en offrant à votre animal une occupation légale afin qu’il puisse occuper votre esprit pendant que vous êtes occupé ou absent. Dans le cas de faire face aux besoins de la maison, le problème réside souvent dans la santé, le jeune âge, ou encore trop peu de promenades.

Faits Psychologie canine

6. Les chiens peuvent gérer eux-mêmes l’anxiété

Les chiens ont une merveilleuse capacité intrinsèque à se calmer et à calmer les autres en temps de crise ou d’excitation. Pour se détendre et rassembler leurs pensées, ils ont besoin de ronger, mâcher ou déchirer quelque chose. Pendant le travail des mâchoires, les terminaisons du nerf vague sont stimulées, lorsqu’elles sont activées, un produit chimique est libéré, qui est un sédatif naturel. Si le chien voit que quelqu’un de son environnement est anxieux ou qu’un conflit se prépare, il peut commencer à bâiller ou essayer de séparer les côtés surexcités de son corps, en se collant entre eux. Souvent, les propriétaires confondent ce comportement avec de la jalousie, mais en fait, le chien peut confondre toute proximité avec une querelle. Même si quelqu’un essaie juste de faire un câlin, il est de son devoir de l’empêcher.

7. Il est important que les chiens se sentent en sécurité

Le besoin de sécurité est l’une des exigences de base pour un chien. Son insatisfaction entraîne des problèmes de comportement : l’animal devient agressif, car il doit se défendre, anxieux, renfermé, manque d’initiative, ses capacités cognitives diminuent. L’étude du pouls des chiens dans différentes situations a montré qu’ils commencent à s’inquiéter, même s’ils sont approchés en ligne droite avec un rythme rapide (pour eux, il est considéré comme poli de s’approcher en grand arc) – que pouvons-nous dire à propos de stress plus grave. Une relation de confiance avec le partenaire social le plus important (le propriétaire et sa famille) joue un rôle essentiel dans la création d’un sentiment de sécurité.

Faits Psychologie canine

8. Les chiens sont empathiques

Les chiens sont capables non seulement de nouer des relations complexes, mais aussi de partager les sentiments des autres, de faire preuve d’empathie. Les chiens sont particulièrement sensibles à la douleur ou à la peur de leurs proches – lorsqu’en leur présence, d’autres personnes sont brutalement traitées, tirées ou punies, ils peuvent s’enfuir. Parmi tous les animaux, les chiens sont des champions absolus pour comprendre non seulement le langage corporel, mais aussi les émotions humaines. Tout le monde connaît l’expression « les chiens ont peur » : en effet, leur nez sensible est capable d’attraper l’adrénaline, qui est produite par le corps humain.

9. Si les chiens grognent, ce n’est pas mal

En plus du langage des mouvements, les chiens utilisent différents sons lors de la communication : aboiement, gémissement, hurlement, bourdonnement, bouffée, reniflement et grognement. Si nous pouvons interpréter d’autres sont plus ou moins correctement, alors des difficultés surgissent avec ces derniers. Grogner fait peur aux gens, beaucoup réagissent agressivement à cette méthode de communication, grondent et punissent l’animal, pensant que c’est ainsi qu’ils montrent qui est en charge ici. Mais il y a 20 ans, les scientifiques du monde entier sont arrivés à la conclusion que la relation entre un chien et une personne n’est pas une échelle hiérarchique, où chacun essaie de prendre une place plus élevée.

Lorsque le chien grogne, il signale que la situation qui s’est produite est désagréable pour lui et ne fait pas preuve d’impolitesse. Il demande d’augmenter la distance ou de ne pas empiéter sur ses jouets ou sa place. De plus, ces sons peuvent indiquer que l’animal a des problèmes : il peut se sentir vulnérable, peu sûr de lui ou souffrir.

10. Les chiens et les humains sont semblables, mais très différents

Nous sommes physiologiquement similaires à bien des égards (les chiens ressentent aussi le goût de la nourriture, la douleur, la chaleur et le froid), nous semblons percevoir le monde qui nous entoure, mais en même temps nous sommes fortement en désaccord sur la question des valeurs. Nous devons nous en souvenir et être sympathiques au comportement typique de leur espèce. Pour éviter les malentendus et les maladresses, il est nécessaire d’étudier les chiens, de les observer avec un esprit ouvert et d’essayer de comprendre leurs besoins et leurs intentions. Construire soigneusement et soigneusement des relations, assurer la protection et respecter les limites du chien est la responsabilité du propriétaire.

Suivez chatschiens.com sur Facebook (cliquez ici), Pinterest (cliquez ici) and Instagram (cliquez ici)