Discopathie chez le chien : symptômes, diagnostic et traitement

323

Dernière mise à jour le 5 September, 2021 par Chiens Chats

La discopathie est appelée un changement pathologique de la structure des tissus du disque intervertébral. Dans le même temps, il perd ses propriétés élastiques et ne peut plus remplir les fonctions d’amortissement.

La discopathie rachidienne chez le chien est la cause de mouvements limités. L’animal ressent de la douleur en marchant et peut refuser de bouger du tout. Dans certains cas, la parésie des membres se produit sans perte de sensibilité. Une caractéristique de la maladie est une nature destructrice irréversible. Le traitement de la discopathie chez le chien sera efficace si la maladie est détectée tôt. Le diagnostic d’un état pathologique est souvent compliqué par le fait que les symptômes cliniques apparaissent beaucoup plus tard que le début de la destruction du disque.

La discopathie vertébrale survient chez différentes races de chiens. Le risque le plus élevé concerne les petits animaux au corps allongé et aux pattes courtes. Les leaders du nombre de confirmations du diagnostic sont les Pékinois et les Teckels. Ils représentent plus de 60% de tous les faits établis de la maladie. La raison en est que la colonne vertébrale et les disques de ces animaux sont soumis à un stress important en raison du déséquilibre du corps. La perturbation des processus métaboliques dans les tissus cartilagineux et le déséquilibre minéral détruisent les disques intervertébraux. À l’avenir, il y aura une pression sur la moelle épinière et une violation de la transmission de l’influx nerveux. L’œdème qui en résulte entrave l’apport sanguin normal aux tissus, après quoi les neurones meurent.

Cette image de discopathie chez le chien est typique de toutes les races. Les espèces dites chondrodystrophes (teckels, épagneuls, pékinois, bassets) sont distinguées séparément. Dans une étude britannique, 85 % des chiens de cette catégorie avaient des problèmes de disques intervertébraux entre 3 et 8 ans. La limite de cinq et six ans est reconnue comme une ligne de risque.

Comment se développe la discopathie chez le chien ?

Normalement, les disques intervertébraux sont situés entre toutes les vertèbres. Leur tâche est d’absorber les vibrations et de favoriser la flexibilité. Avec la discopathie, le disque est déplacé ou détruit, cela inclut également les hernies et la rupture. Les muscles du dos sont incapables de compenser la charge chez les races chondrodystrophiques. Les chiens géants ne présentent pas toujours clairement une image de discopathie vertébrale prononcée. Cela est dû au fait que leur disque est beaucoup plus dense et plus grand, il est donc capable de maintenir son intégrité pendant longtemps. Les muscles du dos chez un grand animal compensent partiellement le dysfonctionnement discal. Avec le développement à long terme de la destruction pathologique, l’anneau fibreux se déplace vers le canal rachidien et perturbe le travail de la moelle épinière. En règle générale, cela se produit brusquement et l’animal, qui était actif hier, peut à peine marcher et ne peut pas monter ou descendre les escaliers.

Selon le degré du processus pathologique, le propriétaire observera une image différente. Avec des dommages importants sans perte des fonctions de base de la moelle épinière, l’animal ressent une douleur intense et peut à peine s’appuyer sur les membres. Dans certains cas, une perte de la fonction motrice et l’apparition d’une paralysie complète sont possibles. L’image peut changer rapidement ou en quelques jours. La discopathie canine non traitée peut entraîner un état neurologique grave et une altération de la fonction musculo-squelettique.

Les zones de manifestation de la maladie sont divisées en localisation cervicale et thoraco-lombaire. La discopathie cervicale se caractérise par une réticence à tourner la tête, des tremblements dans les muscles du cou et des épaules. Il ne représente pas plus de 15 % de tous les cas établis. En règle générale, les disques entre le troisième et quatrième vertèbre sont touchés. La discopathie thoraco-lombaire s’installe à la jonction de la dernière vertèbre thoracique et de la première vertèbre lombaire.

Symptômes de discopathie

Cette affection courante se manifeste par une grande variété de symptômes. Habituellement, la phase initiale passe inaperçue du propriétaire. La pathologie du disque intervertébral peut durer plusieurs années et en même temps ne pratiquement pas se révéler. Pendant ce temps, sous l’influence des vertèbres, le disque renaît à certains endroits en tissu dense. Déjà à ce stade, vous pouvez remarquer des changements dans les mouvements du chien :

  • L’animal ne joue pas aussi activement et il peut parfois ressentir de la douleur pendant l’effort ;
  • Le chien lève (traîne) ses pattes avec difficulté ;
  • L’animal marche incertain ;
  • La position avec un dos cambré est observée non seulement pendant les tractions ;
  • Sans dommage externe, l’animal ne peut pas soulever l’un de ses quatre membres du sol.

Dans ce cas, vous devez immédiatement consulter un neurologue et établir la cause et le lieu de localisation du processus pathologique.

Il n’est pas rare que les propriétaires attribuent les symptômes de la discopathie à l’âge de l’animal ou à une mauvaise santé après un effort actif récent. Ceci, ainsi que l’utilisation incontrôlée d’analgésiques, peut brouiller le tableau et reporter la visite chez le vétérinaire pendant un certain temps, au cours de laquelle la maladie s’aggravera et les symptômes deviendront plus prononcés.

Au stade suivant, un mouvement non coordonné des membres postérieurs est observé. La fonction de miction et de défécation peut être altérée. En règle générale, cette image est typique de la destruction presque complète du disque intervertébral. Ses dommages sont irréversibles, donc une visite opportune chez un médecin et un diagnostic correct aident à ralentir le rythme de développement du processus pathologique.

Diagnostique

Lors d’un examen visuel, le médecin doit effectuer des tests cliniques et neurologiques. Pour cela, le spécialiste évalue les compétences préservées de la marche, du saut dans les escaliers. S’ils sont présents, le médecin évalue la vitesse d’activité réflexe. Dans le processus, l’animal est obligé de transférer son poids corporel sur l’un des membres postérieurs, puis sur l’autre, tire la patte lorsque la douleur causée par des influences extérieures apparaît. Ces manipulations permettent de diagnostiquer une discopathie chez le chien en fonction des symptômes et excluent les maladies des reins, du tractus gastro-intestinal ou de la fonction reproductive chez les femelles. Ils sont de nature similaire à la destruction du disque intervertébral.

Une diminution de la sensibilité des membres est caractéristique des symptômes de la discopathie chez le chien. Avec une perte complète de fonctionnalité et de conductivité, le temps écoulé à partir du moment de leur apparition est estimé. Après 12 heures d’immobilité, il est presque impossible de restaurer la conductivité des neurones et, par conséquent, les selles. Dans ce cas, lors du diagnostic de discopathie chez le chien, une décision est prise sur la pertinence du traitement et la question de l’euthanasie de l’animal est posée. En cas de refus, une thérapie de soutien est choisie pour le reste de sa vie.

La radiographie et l’IRM sont disponibles pour les propriétaires comme diagnostic instrumental de la discopathie spinale canine. L’image vous permet de voir les changements dans la distance entre les vertèbres, pour exclure les blessures à la colonne vertébrale ou les maladies des vertèbres elles-mêmes. Un inconvénient important de la méthode est l’incapacité de voir l’état du disque et l’étendue de ses dommages. L’avantage de la méthode de diagnostic est sa large disponibilité et son faible coût.

La deuxième méthode de recherche instrumentale la plus importante est la myélographie. Un agent de contraste est injecté dans la moelle épinière du chien sous anesthésie. Lors de l’examen de sa distribution, les dommages causés au disque sont évalués.

La méthode la plus moderne est l’imagerie par résonance magnétique. Il n’est disponible que dans les grandes villes en raison du coût élevé de l’appareil. L’animal subit une IRM sous sédation. Le diagnostic de discopathie est indiqué dans n’importe quelle condition, s’il n’y a pas de contre-indication à l’administration de relaxants musculaires. L’IRM montre une image précise et complète de la maladie chez le chien. Les images transversales sont prises par petites étapes, ce qui permet au neuropathologiste d’évaluer l’ensemble de l’image.

Opérations pour discopathie

Après avoir reçu les données de la recherche instrumentale, une décision est prise sur les méthodes de traitement. Au stade avancé de la discopathie chez le chien, une intervention chirurgicale est proposée. En règle générale, la maladie est typique des animaux dans la seconde moitié de la vie, les risques liés à l’utilisation de l’anesthésie sont plus élevés en eux-mêmes.

L’intervention neurochirurgicale et le travail sur la moelle épinière est une manipulation très délicate que tous les vétérinaires ne sont pas capables de faire. Le plus souvent, le traitement chirurgical ne peut être effectué que dans des cliniques spécialisées des grandes villes. Ceci, associé au coût élevé de la chirurgie, est souvent un facteur décisif dans le choix d’un traitement à domicile conservateur pour la discopathie chez le chien. Si pendant longtemps cela n’a pas donné de résultats et que les propriétaires ne sont pas prêts pour l’euthanasie de l’animal pour des raisons morales et éthiques, il est alors logique de décider d’une opération.

Le chirurgien retirera une partie de l’arc vertébral pour permettre un accès direct à la moelle épinière. Le disque intervertébral déformé est retiré et, si nécessaire, la dure-mère est ouverte. Il aide à réduire la pression sur la moelle épinière et à améliorer les processus métaboliques et la conduction. Il y a un risque d’adhérences sur le côté de la coque dure. Pour cela, pendant l’opération, une éponge hémostatique est utilisée, ce qui ferme le lieu de retrait du disque détruit.

Après l’opération, une kinésithérapie et une rééducation médicamenteuse de l’animal seront nécessaires. Une activité physique modérée, des massages appropriés et une thérapie physique permettent au chien de reprendre son mode de vie habituel avec quelques restrictions.

Une opération réussie chez des animaux qui conservent une sensibilité profonde et la fonctionnalité des membres a 90 % de chances de guérison complète si le traitement est commencé immédiatement après la détection des signes de la maladie. Les rechutes après le retrait d’un disque détruit sont extrêmement rares et sont plus fréquentes chez les teckels. Dans ce cas, un dommage similaire est établi dans une autre zone.

Traitement sans chirurgie

Une légère douleur et une légère raideur des mouvements, observées au stade initial de la maladie, permettent un traitement médicamenteux. Le complexe de médicaments utilisé soulage les symptômes de la discopathie et réduit l’inflammation. Il n’y a pas de médicaments pour éliminer complètement la dégénérescence des disques intervertébraux. Les agents chondroprotecteurs et les suppléments à long terme peuvent aider à ralentir le taux de progression de la maladie, ce qui est souvent une option pour ne pas recourir à la chirurgie.

Habituellement, votre vétérinaire recommandera un repos complet. L’animal peut être sorti pour des promenades et en même temps ne pas être autorisé à se déplacer activement. Le traitement à domicile de la discopathie chez le chien comprend des hormones corticostéroïdes, des vitamines B injectables et des médicaments anti-inflammatoires. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, par exemple le “Rimadil”, donnent un effet rapide, mais présentent de sérieux risques de développer un ulcère de l’estomac et sa perforation rapide.

Dans la période de récupération, la physiothérapie est prescrite. Les avis des spécialistes diffèrent souvent en ce qui concerne les analgésiques. Un animal qui ne ressent pas de douleur après l’action d’un médicament est capable d’une activité physique indésirable. A un moment où le chien, qui n’a pas été anesthésié, refusera de bouger et observera volontairement le repos.

L’utilisation de chondroprotecteurs pour une discopathie établie du disque intervertébral chez le chien est obligatoire et est effectuée pendant une longue période. Parmi les médicaments, vous pouvez recommander Canina Flexan (Flexan). Il contient des molécules de collagène bioactives essentielles au maintien de la structure du cartilage. L’utilisation aux doses recommandées ralentit considérablement la dégénérescence du disque intervertébral. Le médicament est compatible avec toute thérapie médicamenteuse et est recommandé pour les chiots et les chiens adultes.

La réduction du processus inflammatoire est assurée par le médicament Canina Petvital Arthro tabletten. En cas de discopathie établie, le remède maintient l’équilibre des substances dans le tissu osseux et améliore l’élasticité des ligaments, qui reprennent les fonctions perdues par le disque. Les vitamines B aident à améliorer la transmission de l’influx nerveux dans le système nerveux périphérique.

Canina Velox, composé de moules, a un effet positif sur les ligaments et les disques. Il contient du sulfate de chondroïtine et de l’acide hyaluronique. Les préparations pour l’entretien du disque intervertébral sont données en cures longues de 3, 4 mois à une utilisation à vie.

Prophylaxie

La prévention de la propagation de la discopathie chez les chiens de race pure est réalisée par l’abattage et l’exclusion des individus malades de l’élevage. En raison du fait que l’accouplement commence chez les animaux qui ont atteint l’âge de 1,5 à 2 ans, la maladie s’établit plus tard que l’apparition des premières portées. Compte tenu de l’hérédité, il peut être recommandé de ne pas laisser en élevage les chiots de parents présentant des symptômes de discopathie.

Perdre l’excès de poids et lutter contre un mode de vie sédentaire est la deuxième prévention la plus importante de la maladie. L’augmentation du poids corporel crée une charge importante sur la structure des vertèbres, l’obligeant à travailler en flexion. Une visite opportune chez un médecin à un stade où les manifestations de la maladie sont encore faiblement exprimées permet dans 90% des cas d’arrêter son développement.

Important ! Cet article est purement informatif, chez chatschiens.com nous n’avons pas le pouvoir de prescrire des traitements vétérinaires ou de faire tout type de diagnostic. Nous vous invitons à emmener votre animal chez le vétérinaire dans le cas où il présente tout type de condition ou d’inconfort.

Article précédentPourquoi les chiens tournent-ils avant de se coucher ?
Article suivant15 causes de vomissements chez le chat