Agression entre chiens vivant dans la même maison

30

Afin de comprendre les chiens en conflit et de les aider à faire face au problème, il est nécessaire de pouvoir faire la distinction entre le comportement animal normal et anormal dans le contexte de leur interaction. Un comportement agressif peut correspondre ou non à une situation spécifique et, dans certains cas, certains types d’agression peuvent être une réponse normale et adéquate à des changements de situation, et certains – anormaux.

Un chien en attaquant un autre sans avertissement de signaux de communication est anormal. Un chien qui ne peut pas faire la distinction entre un comportement menaçant et non menaçant d’un autre est anormal. Un chien qui attaque un chiot est généralement anormal. Un chien qui blesse gravement un adversaire docile et soumis est le plus souvent anormal ou présente un comportement prédateur. La réaction à la démonstration de respect par une menace, l’agression en réponse aux signaux d’intentions pacifiques sont socialement anormales, inadéquates et inappropriées.

Il est important de comprendre que les chiens montrant une agressivité inappropriée ne «font pas d’erreurs » dans leur comportement et ne «se comportent pas mal » – ils sont cliniquement anormaux, en mauvaise santé et doivent être traités de cette façon.

L’agression envers les proches ou l’agression intraspécifique survient le plus souvent chez les animaux du même sexe et est associée à des conflits hiérarchiques. La plupart des manifestations agressives anormales sont causées par l’anxiété, lorsque le chien n’est pas sûr – malgré les signaux d’un autre individu – dans sa position hiérarchique. Cette condition se manifeste dans les tentatives du chien soit d’établir un contrôle sur l’environnement social, soit au moins de vérifier s’il peut le faire. Même si l’un des chiens d’un groupe social a des anomalies de comportement, cela suffit déjà à l’apparition de bagarres de chiens.

Chez les chiens, il existe deux catégories d’agressions intraspécifiques : l’une dirigée contre des chiens inconnus et l’autre dirigée contre des chiens familiers, vivant principalement dans la même famille. Le deuxième type d’agression intraspécifique est plus courant.

Un conflit agressif peut impliquer deux jeunes chiens d’âge, de sexe et de constitution similaires qui se disputent le statut. Un scénario plus courant pour le développement de la situation implique un adulte et un jeune chien, dans la relation duquel il n’y a pas eu de problèmes jusqu’à ce que le plus jeune atteigne l’âge de la maturité sociale (1-3 ans). À ce moment, elle commence à contester le statut de l’aîné, ou elle ressent des changements faibles et presque subtils dans le comportement du plus jeune, associés au statut, et réagit dans le but de supprimer ces signes.

Les manifestations agressives peuvent être actives et impliquer une compétition pour la nourriture, les os à mâcher, les jouets, l’attention ou l’accès à l’une de ces ressources. Des manifestations passives d’agression sont également possibles, qui ne sont pas toujours remarquées par les propriétaires : contrôler les actions d’un autre chien avec un regard, grogner ou aboyer, bloquer les mouvements, enlever et protéger des jouets ou des friandises, démontrer des poses rituelles (quand un chien s’approche perpendiculairement à un autre chien et pose sa tête sur le garrot – T-call). Si le chien plus âgé cède, la situation est généralement résolue. Si le chien plus âgé n’abandonne pas ou qu’aucun des chiens ne peut atteindre un statut suffisamment élevé pour subjuguer complètement l’autre, le résultat sera la manifestation d’une agression intraspécifique.

Pour résoudre le problème du comportement agressif des chiens vivant dans la même maison, on demandait traditionnellement aux propriétaires d’identifier le chien « dominant » et de renforcer son statut « alpha ». Cependant, l’étude de nombreux épisodes d’agression de ce type montre que dans certains cas, du fait du renforcement du comportement du chien « dominant », l’agression ne s’arrête pas, mais s’intensifie.

Le thème de la « domination » et du rang social dans les interactions de groupe est l’une des questions les plus anciennes, les plus controversées et les plus débattues de la science du comportement animal. (Lire l’article “Sur la domination et les lois de la meute” sur le site Web.) La compréhension moderne du comportement social complexe nous oblige à abandonner la terminologie dépassée et déraisonnable, selon laquelle un animal qui cède dans des situations de conflit est appelé un ” subordonné “, tandis qu’un individu, initiant de telles situations est considéré comme” dominant “.

En fait, la plupart des interactions sociales ne se caractérisent pas par des confrontations, mais par la démonstration de signes de respect, de déférence. Le respect n’a rien à voir avec la soumission ou la subordination, c’est un statut qu’un chien accepte volontairement, il ne lui est pas imposé. L’animal que la plupart des autres traite avec respect n’est pas un individu «dominant», pas l’animal qui devrait toujours être le premier à la porte avec des menaces et des agressions, ou le premier à manger, ou à occuper le meilleur transat, c’est le animal qui démontre le comportement normal le plus correct pour la situation donnée.

Si le chien donne des signaux inadéquats et ne peut pas percevoir correctement les signaux des autres, il n’est plus capable de communiquer normalement avec ses proches. Le concept d’espèce « dominante » ou «alpha» est inutile dans de telles situations, et le renforcement du comportement anormal et pathologiquement agressif d’un chien socialement malsain en tant que «dominant» peut conduire non seulement à aggraver le problème, mais à des conséquences fatales pour la victime d’agression.

Essayez de savoir quel chien revendique un statut élevé et qui commence les combats (malheureusement, ce n’est pas toujours le même chien). Il faut garder à l’esprit que les chiens sont entraînés dans le processus de confrontation et que les deux concurrents perfectionnent leurs compétences agressives. L’attaquant peut devenir plus rapide au fil du temps et signaler ses intentions moins intensément, et la victime peut comprendre qu’elle évitera l’attaque si elle lance une attaque préventive. Dans une situation comme celle-ci, il est très facile de commettre l’erreur d’identifier l’agresseur et la victime. Oubliez les “alphas” et les “omégas”, les individus “dominants” et “subordonnés”, il s’agit d’identifier correctement le chien qui se comporte le plus normalement dans une situation particulière, de manière appropriée, et de protéger et renforcer ce chien en particulier.

RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES POUR LES PROPRIÉTAIRES DE CHIENS EN CONFLIT

Modification du comportement

Le premier cycle d’un programme de modification du comportement vise à enseigner aux chiens les compétences nécessaires pour les aider à se détendre et à se concentrer sur le propriétaire. En utilisant le renforcement positif, entraînez tous les chiens à s’asseoir (ou à se coucher) et à attendre. Dans ce cas, le chien doit observer calmement et détendu le propriétaire, en attendant d’autres commandes. Tant que chaque chien n’a pas appris individuellement à s’asseoir et à attendre en toutes circonstances, il ne devrait pas, sans le contrôle du propriétaire, rencontrer des parents auxquels il réagit de manière indésirable. À l’étape suivante, les chiens en guerre apprennent progressivement à s’asseoir tranquillement, d’abord dans la même pièce dans les coins opposés, puis, en réduisant la distance, et côte à côte, en récompensant généreusement les comportements non agressifs avec une délicatesse en présence de chacun.

Modifications des conditions de détention

Dans toutes les situations où vous ne pouvez pas contrôler le comportement des chiens en conflit, ils doivent être séparés. Organiser la séparation des chiens vivant dans la même maison est difficile et nécessite une planification minutieuse. Si un agresseur est identifié, il doit être gardé dans la partie la moins confortable et désirée de la maison (la chambre d’amis, pas votre chambre, où les chiens dorment habituellement, enclos dans un sous-sol ou garage bien chauffé et éclairé, pas la cuisine où les chiens sont nourris). Tous les autres chiens doivent pouvoir se déplacer librement dans la maison. Si plusieurs chiens posent problème, tous doivent être fermés séparément les uns des autres, et les chiens sans problème restent en liberté. Si chacun des animaux provoque des conflits, tous doivent être enfermés dans des cages ou dans des pièces différentes afin qu’ils ne puissent pas se voir et se menacer visuellement.

Gardez à l’esprit que si les chiens sont séparés de sorte qu’ils ne peuvent pas s’approcher physiquement, mais peuvent encore se voir, ils ne peuvent pas être considérés comme séparés « mentalement » et l’agresseur continue d’envoyer et la victime reçoit des signaux de menace. Assurez-vous que la victime de l’agression ne se coince pas accidentellement dans une cage, une clôture ou ne s’emmêle pas dans les munitions – cela ne devrait jamais arriver ! Si votre chien a peur de la cage et subit un stress important, ne la fermez pas tant qu’il n’a pas appris à être calme dans la cage ! Se sentir pris au piège augmente la peur et la réactivité du chien et ne fera qu’aggraver la situation générale.

Accrochez des cloches qui sonnent différemment pour que les chiens détectent tous leurs mouvements dans la maison par le son. Si les sons des cloches sont indiscernables, ne suspendez la cloche qu’à l’agresseur. La cloche vous indiquera son approche et vous aidera à éviter la confrontation. Les chiens en conflit peuvent s’approcher UNIQUEMENT ET UNIQUEMENT LORSQUE vous êtes convaincu que vous pouvez les contrôler à distance et éviter tout dommage. N’oubliez pas – le préjudice peut être à la fois physique et mental, et le traumatisme mental est beaucoup plus difficile pour de nombreux chiens qui sont forcés de vivre dans un état de terreur constante.

Tous les chiens qui provoquent des conflits doivent porter des licols Gentle Leader pour éviter tout comportement indésirable en tirant sur la laisse et en serrant les mâchoires du chien. (Vous pouvez en savoir plus sur les licols dans notre article “Munitions pour un beagle”.)

Renforcez le « bon » chien !

Élaborez un ordre de renfort qui maintient le chien à se comporter de la manière la plus correcte et la plus appropriée. N’oubliez pas que le renfort n’est pas le chien le plus arrogant, le plus « dominant », mais celui qui se comporte normalement, correspondant à une situation particulière. Renforcer le chien choisi signifie que vous êtes le premier à le nourrir, à l’emmener faire une promenade, à lui montrer des signes d’attention, à commencer une partie, etc. De cette manière, vous établissez un ensemble de règles claires qui permet à tous les chiens de comprendre quel comportement est un modèle, à savoir, montrer que les comportements non anormaux et agressifs sont encouragés, mais calmes et pacifiques. Cette méthode de renforcement fonctionne car elle est tout à fait cohérente avec la structure des relations sociales des chiens, bâtie sur la démonstration de déférence et de concessions, plutôt que sur les menaces et la violence.

Des exemples spécifiques de renforcement correct sont abordés dans les scénarios suivants, dans lesquels des conflits entre chiens vivant dans la même famille se déroulent généralement :

1. Un jeune chien défie un plus âgé sans recourir à des actions agressives actives. Le chien plus âgé ne va pas obéir, grogne et grogne – et dans la plupart des cas, les jeunes se retirent. Le chien plus âgé est plus gros et plus fort, en bonne santé, les différences d’âge entre les concurrents sont négligeables. Renforcez le chien plus âgé. Les deux chiens se comportent normalement dans cette situation, le jeune essaie de déterminer sa place dans la structure sociale, mais elle n’est pas encore prête pour un statut supérieur, elle doit donc apprendre à vivre en paix avec le chien plus âgé.

2. Le chien plus âgé perçoit le comportement du jeune chien comme une menace pour son statut et se comporte de manière agressive – même si le chien plus jeune ne fait aucune tentative active pour s’établir et que le défi ou la menace de son côté est imaginaire, pas réel. Le chien plus âgé est plus faible et le plus jeune, malgré sa bonne nature, est beaucoup plus gros et plus puissant. Renforcez le jeune chien. Le comportement du jeune chien est plus adapté à la situation. Le chien plus âgé se comporte de manière inappropriée et son comportement ne peut être considéré comme normal. Vous ne pouvez pas soutenir l’aîné, car cela montrera que son agressivité inappropriée – et son idée qu’elle devrait manifester une telle agression – est acceptable, ce qui n’est pas vrai. Cependant, assurez-vous d’accorder suffisamment d’attention à votre chien plus âgé pour que le changement de statut soit aussi fluide et indolore que possible.

3. Un jeune chien en bonne santé défie un vieux et ses tentatives persistantes pour s’établir sont vraiment agressives. Dans cette situation, les réponses suivantes sont possibles : 1) l’aîné cède immédiatement, faisant preuve d’un comportement respectueux ou soumis ; 2) le plus âgé ne cède pas immédiatement, mais si l’agressivité du jeune chien augmente, il obéit ; 3) le plus âgé répond au défi, en conséquence l’un des chiens gagne, et les deux participants acceptent l’issue du conflit ; 4) les chiens se battent constamment et aucun d’entre eux ne cède. Dans tous les cas, les participants font preuve d’un comportement séquentiel adéquat et adapté à la situation. Ces chiens se comportent normalement et l’intervention du propriétaire peut être nécessaire, peut-être uniquement dans ce dernier cas.

Avec des conflits incessants entre deux chiens, dont l’un est plus âgé, plus faible et souffre également d’arthrite, la bonne décision est de commencer à soutenir un jeune chien plus fort – peu importe à quel point vous êtes désolé pour le plus âgé ! – et voyez ce qui se passe. Un chien socialement normal devrait changer son attitude envers le plus âgé et arrêter les attaques agressives, et le plus âgé devrait accepter le nouveau statut de jeune chien. Si, malgré l’absence de résistance du chien plus âgé, les menaces de l’agresseur persistent, le comportement du jeune chien doit être reconnu comme pathologique et inapproprié, il ne peut être renforcé (voir scénario 4).

4. Le scénario le plus grave. Un chien qui tente d’élever son statut est très têtu et n’accepte pas la reddition d’un autre chien qui fait preuve de déférence ou d’un comportement de concession (détourne la tête et le cou de l’adversaire, tourne son corps dans la direction opposée, cesse de bouger et se fige). Un simple renforcement de statut élevé ne suffit pas à l’agresseur, il ne fait que confirmer sa conviction qu’un chien faible n’a pas sa place ici. Même la démonstration de soumission totale de la victime – lorsqu’elle tombe sur le dos, expose son ventre et son cou, se plie la queue, urine, etc. – n’arrête pas l’agression et conduit à une tentative de meurtre.

De toutes les formes d’agression entre chiens, c’est la plus dangereuse et, malheureusement, dans la plupart des cas, les propriétaires suivent les mauvais conseils pour soutenir un animal socialement pathologique. Rappelez-vous : répondre à un comportement de déférence ou de soumission par l’agressivité est une pathologie ! Le comportement de l’agresseur est anormal et socialement inacceptable, la gravité du trouble chez ces animaux est déterminée par leur volonté potentielle de tuer un chien avec un comportement normal, ce qui montre une réticence à se battre.

ATTENTION ! Renforcez le chien le plus faible, quel que soit son âge ou son état. C’est assez difficile à mettre en œuvre, mais si vous ne pouvez pas élever et maintenir le statut de la victime – pour que l’agresseur comprenne qu’elle a également le droit d’exister – les conséquences peuvent être les plus tragiques, allant jusqu’à des blessures graves et même la mort du chien attaqué. Vous devrez soit garder constamment les chiens séparés (dans des pièces différentes, ne permettant pas leur contact), soit vous séparer de l’un des chiens. Du point de vue de l’éthique, il est plus correct de renoncer à un animal attaqué. Si une décision est prise d’abandonner l’agresseur, alors ce doit certainement être une maison dans laquelle il sera le seul chien. On ne sait pas si son comportement agressif envers les chiens continuera dans la nouvelle famille, mais dans l’intérêt de la sécurité, il vaut mieux assumer le pire des cas et minimiser les risques.

Renforcement du chien sélectionné, en plus des composants actifs (le chien dont le rang est élevé, doit toujours recevoir TOUTE l’attention en premier, de préférence en présence d’un autre chien – si, bien sûr, cela peut être fait dans une atmosphère calme, sans menaces et l’agression ouverte), y compris passive … Par exemple, un chien attaqué peut être autorisé à dormir dans votre chambre et même sur votre lit (si cela ne vous dérange pas) pendant que l’attaquant dort dans une cage dans une autre pièce. Lors des promenades, la laisse du chien, dont vous défendez le droit à la vie, peut être relâchée un peu plus loin pour qu’il soit un peu en avance sur le reste de la meute, etc. Comprenez bien : cela n’a rien à voir avec “théorie” de domination “ou” lois du troupeau “, mais est directement lié au fait que l’accès aux bienfaits souhaités (nourriture, attention, jeu, espace de couchage) est mérité par un comportement socialement normal, qui est généralement des chiens d’exposition in vivo.

Bien sûr, quel que soit le rang auquel des chiens monte, chacun des chiens a besoin de l’attention individuelle quotidienne du propriétaire (promenades, cours, jeux, toilettage).

Thérapie médicamenteuse

Les médicaments pharmacologiques aident à contrôler les mécanismes sous-jacents à l’anxiété, contribuant ainsi à réduire le niveau d’agression. Des médicaments anti-stress sont prescrits pour certains chiens qui ne bénéficient pas autrement, et doivent être prescrits en cas d’agression sévère. Cependant, il ne faut pas oublier que les traitements pharmacologiques ne doivent être utilisés qu’en complément et non à la place d’un programme de modification du comportement.

Castration ou stérilisation

La pugilité fait référence à des comportements complexes qui sont contrôlés non seulement par les hormones, mais dépendent en grande partie de l’expérience acquise. Les hormones sexuelles ne sont pas la cause de l’agression, elles ne font que contribuer à la fois à la manifestation d’un comportement agressif et à son développement et à sa croissance ultérieure. Malgré le fait que la castration soit recommandée pour les animaux agressifs, il a été prouvé qu’elle entraînait une diminution de l’agressivité chez les mâles dans environ 60% des cas, elle ne peut donc pas être qualifiée de panacée pour le traitement de l’agression interspécifique. On sait qu’une part considérable des cas d’agression entre chiens familiers revient à la part de mâles déjà castrés. Lorsqu’on aborde la question de la castration, il ne faut pas oublier que si l’agression s’est manifestée sur une longue période, de nombreux éléments d’un tel comportement sont susceptibles d’être enracinés par la répétition. La castration réduit la réactivité du chien, mais ne peut éliminer les situations dans lesquelles ce comportement se manifeste habituellement.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here