5 Preuves que le Japon est un paradis pour les chats

518

Depuis des temps immémoriaux, les chats ont une relation très étroite et particulière avec les Japonais, avec des représentations d’eux dans l’art ancien, des statues et des lieux sacrés dédiés aux félins. De plus, les personnages et caractères inspirés par eux, comme Hello Kitty et le chat porte-bonheur, font partie de la culture populaire et sont reconnus dans le monde entier.

Pour tous les amoureux des chats, Chats Chiens a compilé certaines des données, des lieux et des faits les plus spéciaux (et dans certains cas, inhabituels) qui révèlent cette connexion spéciale entre le Japon et les chats.

1. Tama, un chat chef de gare de train

Tama, était un chaton de la race calico qui a dirigé la gare de Kishi de 2007 jusqu’à sa mort en 2015. De plus, elle a servi d’inspiration pour la décoration de la gare et des trains qui traversent cette route, ainsi revitaliser l’économie et le tourisme dans cette zone de la préfecture de Wakayama.

Après sa mort, Tama a été nommée « honorable et éternelle chef de gare » ayant son propre sanctuaire en place. Son poste a été pris par Nitama (qui peut être traduit par deuxième Tama), un autre chaton de la même race qui avait déjà travaillé dans une autre gare de la même ligne de chemin de fer avant d’accéder à son nouveau poste de deuxième directeur de gare.

La fonction principale de Nitama est d’accueillir tous les visiteurs. Comme tout autre employé, Nitama respecte les horaires de travail. Si vous voulez voir Nitama travailler, vous pouvez visiter la station Kishi, du vendredi au mardi de 10h à 16h.

2. Un voyage plein de chats pour encourager l’adoption

Un autre fait curieux dans les trains au Japon, s’est produit en septembre 2017. Une institution pour la défense de ces animaux appelée Kitten Cafe Sanctuary s’est associée à l’opérateur ferroviaire Yoro Railway Co Ltd et a proposé un voyage accompagné d’une trentaine de chatons secourus, qui courait et jouait dans le wagon pendant que les passagers pouvaient les caresser et simplement profiter du voyage et de la compagnie des petits chatons. Le voyage avait un coût d’environ 27 dollars, il comprenait des rafraîchissements des moments agréables de trois heures entre les villes d’Ogaki et d’Ikeno, en plus de faire partie d’une expérience unique et différente.

3. Si vous n’avez pas le temps ou l’espace pour avoir un chat, au Japon, vous pouvez visiter un café de chats

Avec de petites maisons ou des règles interdisant les animaux de compagnie dans les appartements, associées à des journées de travail longues et stressantes, les cafés qui proposent de passer du temps avec un animal de compagnie sont devenus très populaires au Japon. Le premier café pour chats a ouvert à Osaka en 2004 et sa popularité a tellement augmenté que jusqu’en 2015, il y avait déjà 58 ​​de ces établissements à Tokyo.

Ces lieux facturent en moyenne 10 USD par heure, hors nourriture et boissons pour les humains. Dans certains cas, ils vendent également des friandises pour des hôtes félins. Parmi les règles, les visiteurs peuvent caresser les chats, mais pas les soulever, sauf si un chat s’approche volontairement. Vous ne pouvez pas donner de nourriture aux chats à l’extérieur ou prendre des photos avec flash.

4. Si quelques heures avec des chats ne suffisent pas, passez à une île de chats

Il existe au Japon une douzaine d’îles réputées pour leur forte population de chats, qui dépasse même la population humaine. La plus célèbre est Aoshima, une petite île de pêcheurs du sud du pays, où le ratio actuel est de 36 chats pour chaque être humain qui vit sur l’île. Un autre endroit célèbre pour ses chats est Tashirojima, une petite île d’environ 100 habitants et dans laquelle on pense que nourrir les chats errants porte bonheur, c’est pourquoi les chiens ne sont pas autorisés dans toute l’île. Récemment, une autre des îles à chats qui est devenue populaire était Okishima, car les habitants et les autorités de la région ont déménagé et protégé leur importante population de chats pour les protéger du typhon Hagibis qui a frappé le pays en octobre dernier.

5. Temples et sanctuaires dédiés spécialement aux chats

Gotokuji est un temple bouddhiste situé à Tokyo, qui serait le lieu d’origine du manekineko, ou “chat porte-bonheur”, une figure déjà populaire dans le monde entier. Bien qu’il existe différentes versions de ce chaton, de différentes couleurs, avec la jambe droite, la jambe gauche ou les deux levées, le temple s’est spécialisé dans la version du chaton blanc avec la jambe droite levée et on pense qu’il y en a environ 2000 différentes tailles de figures en place.

Azusamiten, situé dans la préfecture de Tokyo, est un temple connu comme le sanctuaire pour le retour des chats. Un endroit que les propriétaires de chats perdus peuvent atteindre pour faire une prière demandant le retour en toute sécurité de leurs animaux félins ou aussi pour la santé et la longue vie de leurs chats.

Le chat dans l’image ci-dessus est Koyuki, le moine responsable du temple Nyan Nyan, un mot qui équivaut à « miaou miaou » en français. Ce “sanctuaire” particulier, situé à Kyoto, a été créé par le peintre Toru Kaya, reconnu pour son travail dans divers temples et sanctuaires du pays. Sur place, les visiteurs peuvent commander de la nourriture et des boissons avec, évidemment, un thème félin, ainsi qu’observer des sculptures et des peintures du même thème. Koyuki a également sept chats auxiliaires qui y vivent également et reçoivent des visiteurs.

Et vous, aimez-vous les chats autant que visiter l’un de ces endroits ? Que pensez-vous de cet amour du japonais pour les chats ? Partagez vos opinions dans les commentaires.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here